• Home
  • Actualités
  • Bruxelles : 95% des pickpockets des transports en commun sont des étrangers

Bruxelles : 95% des pickpockets des transports en commun sont des étrangers

Le député belge Brecht Vermeulen aurait demandé des informations sur les nationalités des pickpockets au ministère de l’Intérieur et aurait partagé ses conclusions avec le journal local Sceptr.

Selon les chiffres, environ 95% des pickpockets opérant dans les transports en commun bruxellois ou à proximité de ceux-ci sont des étrangers.

Entre 2008 et le premier trimestre de 2018, seuls 5% des pickpockets capturés par les autorités avaient la nationalité belge.

Les données sur les 95% restants sont divisées en trois sous-catégories.

“Le groupe le plus important est constitué de ressortissants étrangers en provenance de pays tiers”, a déclaré Sceptr. “Ils représentent près de 46% des pickpockets dans les transports publics bruxellois. Quelque 43% des cas concernent des résidents de l’Union européenne et les 5,9% restants proviennent de pays européens non membres de l’UE, tels que l’Albanie.”

Pour le député Vermeulen, on ignore combien de délinquants étrangers étaient illégalement en Belgique – un manque d’informations “inacceptable”.

“Nous ne pouvons pas nous mettre la tête dans le sable”, a déclaré Vermeulen. “Mesurer, c’est savoir. Seules des informations détaillées peuvent permettre aux autorités politiques et aux services de sécurité concernés d’élaborer une politique de sécurité adéquate.”

“Les problèmes des migrants à la gare de Bruxelles-Nord, l’un des principaux centres de transport public à Bruxelles, sont connus.”

Les migrants ont effectivement transformé des quartiers de la gare de Bruxelles-Nord en camps de squatters après que le climat hivernal les ait incités à quitter le parc Maximilian, où ils se rassemblent par centaines par temps chaud.

Ils harcèlent les femmes et font leurs besoins partout

Sam van Rooy, représentant du parti nationaliste et populiste flamand Vlaams Belang, a récemment tweeté une vidéo de lui-même marchant dans la gare de Bruxelles-Nord.

“Tout le rez-de-chaussée de Bruxelles-Nord est un camp illégal ouvert, sale, sale et dangereux”, a écrit Rooy. “Et personne ne fait rien à ce sujet.”

“Des milliers d’immigrés clandestins restent au cœur de Bruxelles, capitale de la Belgique et de l’Europe, et le gouvernement ne fait rien à ce sujet”, a déclaré le journaliste belge Tom Lallemand à Infowars Europe. “Dans la station, ils harcèlent les femmes et causent une odeur incroyablement désagréable car elles laissent leurs déchets et même leurs excréments partout.”

“Les compagnies de bus évitent la gare parce que c’est trop dangereux et le gouvernement demande à leurs responsables de faire de même.”

Source / Lire la suite : Cliquez-ici.

Source sans traduction : Cliquez-ici.

Laisser un commentaire