• Home
  • Actualités
  • Faute de moyens, les policiers Carcassonnais dépassés dans les cités.

Faute de moyens, les policiers Carcassonnais dépassés dans les cités.

Depuis janvier, ils sont la cible de violences qui s’accentuent.

Outragés, insultés, parfois victimes de violences physiques… Depuis le début de cette année, les policiers carcassonnais ont été régulièrement pris pour cible, alors qu’ils effectuaient leurs missions de sécurité publique du quotidien.

Des violences plus graves

Régulièrement défenseur des policiers victimes, l’avocat carcassonnais Me David Sarda avoue ne pas disposer de statistiques sur le sujet, si ce n’est que “les atteintes envers les forces de l’ordre sont toujours les mêmes chaque année, avec des faits qui sont aujourd’hui plus graves et plus violents. C’est un phénomène qui évolue en s’accentuant !”

“Cassez-vous, on ne vous veut pas ici !”

Pour des exemples concrets cette année à Carcassonne, on peut tout d’abord remonter au 27 janvier. Ce jour-là, c’est peu avant 17 h qu’une patrouille de police s’est retrouvée encerclée à la cité d’Ozanam par un groupe hostile d’une quinzaine de jeunes, avant d’être contrainte de quitter les lieux, non sans avoir essuyé plusieurs coups de pied et de poing sur la carrosserie du véhicule. “Cassez-vous, on ne vous veut pas ici !”

De jeunes gens ont même essayé de rentrer dans la voiture de police… Une fuite forcée des fonctionnaires du commissariat, accompagnée d’un caillassage en règle. Pour mémoire, ces policiers voulaient interpeller deux personnes qui circulaient sur un scooter dépourvu de plaque d’immatriculation. Aucune suite judiciaire n’a été donnée à cette affaire.

Plus récemment, c’est le dimanche 27 mai en début de soirée que les policiers carcassonnais avaient été sollicités après que des voisins ont signalé une rixe entre deux groupes de personnes et des coups de feu à la cité Joliot-Curie, proche de celle de La Conte.

Un autre secteur “sensible” de la ville, où les forces de l’ordre se sont retrouvées face à une centaine de personnes en effervescence, avec des voitures et des deux-roues arrivant de tous les côtés. Les forces de l’ordre ont ainsi été prises à partie par plusieurs individus, récoltant insultes et menaces, sans oublier les traditionnels jets de pierres. Une voiture de police a été même dégradée, avec des fonctionnaires contraints d’utiliser leur flashball à deux reprises pour disperser les attroupements. Sur ces faits, aucune plainte n’a été déposée, pas plus que d’interpellations effectuées.

Un problème d’effectif ?

En attendant, le préfet de l’Aude Alain Thirion a annoncé un renfort de vingt policiers pour la saison estivale et ses nombreuses manifestations, afin d’assurer des patrouilles pédestres tous les jours de 10 h à 22 h, en Bastide comme dans la Cité. “Les effectifs de la brigade anti-criminalité vont aussi être renforcés, de manière à ce qu’on soit plus réactifs au moindre problème”, a-t-il ajouté.

Dans l’Aude, les syndicats de police réclament, quant à eux, 10 effectifs supplémentaires à Narbonne et Carcassonne toute l’année, relate L’indépendant.

SoutienAuxForcesDeLordre

Laisser un commentaire