Gilets jaunes : 345 interpellations en France ce week-end

Les manifestations à l’initiative des « gilets jaunes », samedi 5 janvier, ont donné lieu à un certain nombre de débordements, dont quelques-uns ont largement été relayés sur les réseaux sociaux.

345 interpellations et 281 gardes à vue.

Selon des chiffres communiqués au Monde par le ministère de l’intérieur, lundi 7 janvier au matin, 345 interpellations ont été recensées en France dont 281 ont donné lieu à des gardes à vue. Un bilan inférieur aux week-ends de décembre, mais en hausse par rapport au 29 décembre, alors que la participation avait aussi été en augmentation.

« On est passé pas loin du drame »

La journée a aussi été marquée par une intrusion à l’aide d’un engin de chantier au sein des locaux du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, rue de Grenelle, à Paris. Une intrusion vivement dénoncée par de nombreux responsables politiques. La capitale parisienne a par ailleurs été l’objet de plusieurs incendies, dont une péniche et quelques véhicules près des Champs-Elysées et sur le boulevard Saint-Germain. Ces violences ont donné lieu à 35 interpellations qui ont notamment débouché sur 21 classements sans suite, trois convocations devant la justice et deux comparutions immédiates qui devaient avoir lieu lundi.

Parmi les autres événements majeurs du 5 janvier, une caserne de gendarmerie a également été attaquée à Dijon par une trentaine de « gilets jaunes ». Les manifestants ont dégradé le grillage avant de pénétrer à l’intérieur. Ils ont ensuite lancé des panneaux de signalisation et divers projectiles. Une barre de fer a alors atteint un gendarme à la tête, qui a perdu plusieurs dents. « On est passé pas loin du drame », commente-t-on au siège de la gendarmerie. La brigade de recherche de Dijon a été saisie de l’enquête. Au total, au moins 25 interpellations ont eu lieu à Dijon ce samedi. A Montpellier, des manifestants ont de leur côté tenté de pénétrer à l’intérieur de la préfecture avant d’être repoussés.

Source / Lire la suite : Cliquez-ici.

One Comment

Laisser un commentaire