• Home
  • Actualités
  • Il met une claque à un policier puis porte plainte pour violence policière. Il obtient gain de cause.

Il met une claque à un policier puis porte plainte pour violence policière. Il obtient gain de cause.

Les deux policiers sont jugés pour des violences lors de l’interpellation d’un étudiant à Cergy-Pontoise, dans le Val d’Oise, en 2017.

Des peines de quatre à six mois de prison avec sursis ont été requises mardi contre deux policiers jugés pour des violences lors de l’interpellation d’un étudiant à Cergy-Pontoise, dans le Val d’Oise, en 2017, a-t-on appris ce mercredi de sources concordantes.

Un contrôle de stupéfiants

Le délinquant âgé de 22 ans au moment des faits, était en train de rouler un joint dans la rue avec des amis, lorsqu’une voiture de police était arrivée à leur hauteur. Deux policiers en civil étaient descendus pour le contrôler.

Il s’opposé au contrôle et donne une claque à l’un des agents.

Il s’oppose au contrôle et avait donne une claque à l’un des agents. Les agents de police procèdent alors à son interpellation, mais le délinquant ne se laisse pas faire. Dans sa plainte pour violence policière l’auteur avait de son côté assuré avoir été frappé lors de l’interpellation, dans la voiture des fonctionnaires ainsi qu’au commissariat. Il avait aussi dénoncé des attouchements aux testicules lors de la fouille. Cinq amis (de bonne parole ou pas) du jeune homme, présents ce soir-là, ont livré des témoignages concordants aux enquêteurs.

Pour l’avocate des policiers, le délinquant a proféré de fausse déclaration sans faits établis

Mais pour l’avocate des policiers, Caty Richard, le certificat médical délivré au plaignant “est compatible avec les explications des policiers: une interpellation rendue difficile à cause du comportement du jeune homme”. “Ils ont utilisé la force strictement nécessaire”. “Il est regrettable de les poursuivre pour des faits qui ne sont pas établis, alors qu’il existe une vraie crise chez les policiers, qui ne se sentent plus soutenus, ni respectés”, a-t-elle déploré.

Source / Lire la suite : Cliquez-ici.

4 Comments

  • GIARD

    20 mars 2019 at 22 h 29 min

    Incroyable ces salopards fond vraiment la loi il n y a pas de mot assez fort pour exprimer ce que je ressent . Alors courage aux f o il va falloir que ca change c est devenu trop grave

    Répondre
    • Boubou

      21 mars 2019 at 7 h 51 min

      Courage a toutes ces forces de l’ordre et qu’on nettoie ces foutus branleurs de notre pays. On va mal, on a besoin de gens comme eux. Que ce soit les militaires, les policiers, les pompiers et tout les autres chaque jour ils font un métier a risque et chaque jour ils mettent leur vie en danger pour en sauver d’autres.

      Force et honneur ! Ils le méritent !

  • colombier MH

    20 mars 2019 at 18 h 42 min

    bonjour,
    on marche vraiment sur la tête dans ce pays !!!!! c’est le monde à l’envers
    finalement, les policiers ne devraient prendre aucun risque pour eux mêmes, ne s’occuper que des urgences, et laisser faire tout le reste, casse, trafic, vols et j’en passe. ils seraient peut-être moins sous tension ……
    cordialement

    Répondre
    • Mateo

      20 mars 2019 at 21 h 02 min

      Je trouve scandaleux. Un policier n à plus aucun droit, je me demande comment il y a encore des gens qui font ce métier. Comment des juges peuvent donner raison à des délinquants. Notre pays va vraiment très mal et malheureusement C est pas fini

Laisser un commentaire