• Home
  • Articles
  • Procès Jawad Bendaoud : bienvenue au spectacle de “guignol”.

Procès Jawad Bendaoud : bienvenue au spectacle de “guignol”.

Surréalistes, les audiences où s’exprime le « logeur de Daech » sont ponctuées par ses dérapages et délires verbaux. Récit d’un sidérant spectacle judiciaire qui tourne au cirque, sous le regard médusé des victimes des attentats.

Tout procès revêt une part théâtrale. Celui de Jawad Bendaoud et de ses deux co-accusés, qui s’est ouvert mercredi 24 janvier devant la 16ème chambre du tribunal correctionnel de Paris relève, lui, du surréaliste et indigne Guignol.

Lors de la première audience, le « logeur de Daech », cheveux en catogan, bouc soigneusement entretenu et surpoids acquis en prison, boudiné dans un polo blanc, faisait bonne figure. Trop calme, comme réprimant son caractère éruptif. Dès la lecture de l’acte d’accusation, le cinéma a débuté : le prévenu essuie une larme, puis deux et le voilà presque sanglotant lorsque la présidente égrène les faits qui lui sont reprochés, recel de malfaiteurs criminels, ce qui peut lui valoir 3 ans ferme, portés à 6 car il se trouve en état de récidive légale.

Laisser un commentaire