Un trafic démantelé : 900 armes saisies.

Plusieurs centaines d’armes ont été saisies dans le milieu des collectionneurs, entre lundi et jeudi. Une cinquantaine de personnes sont en garde à vue dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes.

Des centaines d’armes ont été saisies, en début de semaine, en différents points du territoire français dans le cadre d’une vaste opération portant sur un trafic d’armes.
« Plus de 400 gendarmes ont été engagés sur 29 départements. Au cours de la centaine de perquisitions réalisées, près de 900 armes ont été saisies, toutes détenues illégalement », a précisé le procureur de la République de Rennes Nicolas Jacquet.

« Une vaste opération judiciaire a été conduite par la section de recherches de la gendarmerie d’Angers et le plateau d’investigations sur les explosifs et les armes à feu de Pontoise de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale, ndlr), ciblant les contacts principaux d’un homme visé par une information judiciaire de la JIRS de Rennes relative à un trafic d’armes », selon le communiqué du parquet.

Une mise en examen pour trafic d’armes et association de malfaiteurs

L’homme concerné a été mis en examen pour trafic d’armes et association de malfaiteurs. Il est actuellement en détention provisoire.
En tout, une cinquantaine de personnes ont été placées en garde à vue. L’une d’entre elles, soupçonnée d’achats, réparations et revente d’armes, a été mise en examen et remise en liberté sous contrôle judiciaire, a précisé le procureur à l’AFP.
Selon des informations proches de l’enquête, une vingtaine de collectionneurs du Loir-et-Cher auraient notamment été ciblés par les enquêteurs.

Pour lire la suite : Cliquez-ici. 

One Comment

Laisser un commentaire